Le soleil de Février

Le 17 Février 2017 ou la bataille contre l’hiver.

baluden

 

baluden belle ile

 

belle ile

 

belle île

 

belle ile en mer

 

belle île en mer

 

belle isle

 

belle isle en mer

Tout en haut, boudinés dans nos manteaux, nous admirions la vue. Une petite couche de brume flottait au – dessus de la mer alors que le soleil déployait ses rayons contre les falaises. Nous descendions une pente ardue sans nous douter de ce que nous allions trouver en bas. Quelques flaques de boue laissaient penser à un mauvais présage. Alors que nous franchissions la dernière marche et que Baluden se dressait fièrement devant nous, baigné de lumière, nous avons su…Nous étions en train de gagner une bataille contre l’hiver. Nous nous sommes libérés de notre attirail trop chaud : les manteaux, les chaussures, les collants, les chaussettes. Le contact de la peau sur le sable fut une étrange sensation de renouveau. Une sensation agréable de libération et de bien – être. Le sable frais de l’hiver est aussi doux que celui, brûlant de l’été. Il est accueilli avec acclamation, joie non contenue qui s’expriment dans les gestes des filles. Elles courent, elles rient, elles virevoltent, elles crient. C’est le corps entier qui respire à nouveau. L’eau froide qui s’infiltre entre les orteils ne nous fait pas peur, elle est accueillie avec délices.

Il y en a une qui s’approche un peu trop près des vagues, insouciante, trop heureuse de cet instant privilégié. Une autre court dans l’eau provoquant mille éclaboussures et mille cris de joie. Celle – ci joue à la princesse de l’eau, elle est dans son monde, parlant avec des êtres magiques qu’on ne voit pas.

Profitant pleinement du moment, on ne se lasse pas de la vue ni de la sérénité que procure cet endroit même si nous devons parfois courir vite pour rattraper la petite, attirée par l’océan. L’après – midi touche à sa fin, il commence à faire un peu plus frais et la petite tombe majestueusement dans le sable un peu trop gorgé d’eau. Il est temps de rentrer.

Nous avons bien cru que l’hiver était derrière nous. Une parenthèse, hors du temps…

 

2 comments

Laisser un commentaire