J’aimerais bien avoir une maman aussi gentille

Une maman aussi gentille que Mrs Brown, qui recueille un petit ours qu’elle nomme Paddington …

6tag_290117-172041

 

6tag_310117-133126

 

6tag_310117-133213

 

Alice aimerait avoir une maman comme elle. Une maman qui parle doucement sans jamais s’énerver. Elle aimerait avoir la maman la plus gentille du monde selon ses propres mots. Mais la nature humaine a donné très peu de ce pouvoir là aux mamans. Seuls les films peuvent encore faire croire que ces mamans existent. Existe – il, vraiment, quelqu’un qui ne s’énerve jamais? Il est plus facile de se dire que non pour ne pas sombrer dans la culpabilité.

Alice rêve. Sa maman l’appelle pour dîner, de sa voix tendre et douce. Elle lui a préparé, comme tous les soirs, son repas préféré. Peu importe que cela ne soit pas équilibré, l’important est que sa fille soit heureuse et mange ce qu’elle aime. Elle espère seulement qu’elle ne deviendra pas obèse ou anémique.

Après dîner, Alice va se brosser les dents sous les conseils de sa gentille maman. Elles en ont fait un jeu et même inventé une chanson pour que le brossage dure bien trois minutes et que les dents soient bien propres. Ensuite, sa maman si prévenante lui lit une histoire, un joli livre choisi avec soin dans sa gigantesque bibliothèque. La lecture est suffisamment lente pour que les propos soient bien assimilés, elle prend un ton différent pour chaque personnage et Alice rigole quand sa maman prend une grosse voix d’ours. Si Alice souhaite lire une autre histoire, sa maman accepte, elle est si contente que sa fille s’intéresse aux livres. Alice ne se plaint pas pour aller se coucher car sa maman la borde tranquillement et lui fait d’énormes baisers d’amour pour lui souhaiter une bonne nuit après avoir mis en route une musique pour s’endormir. Sa maman ferme doucement la porte, mais pas complètement car Alice a peur du noir. Alice réclame un autre bisou et sa maman revient l’embrasser, elle sait que sa fille a besoin de beaucoup d’amour pour s’épanouir. Alice a soif. Sa maman lui amène de l’eau, dans un verre de la Reine des neiges. Alice réclame alors un dernier baiser pour finalement réussir à s’endormir.

Le lendemain matin, sa jolie maman, déjà bien apprêtée, vient réveiller Alice en lui caressant la joue. Elles vont prendre leur petit – déjeuner, fait essentiellement de chocolat sous toutes les formes. Alice va s’habiller et choisit dans son armoire une robe rose dans sa garde – robe bien remplie. Elle met ses collants roses qui vont avec et prend un serre – tête bleu. Le départ pour l’école se fait sans encombre. Il fait beau alors elles y vont à pied, profitant du chant des oiseaux et des fleurs sur le bord de la route.

Le soir, en rentrant de l’école, Alice est souvent fatiguée. Elle râle beaucoup et parle mal parfois. Mais sa maman est là pour lui rappeler que ce n’est pas bien de parler comme cela. Sans jamais élever la voix, elle lui explique calmement comment devenir une petite fille gentille et agréable. Elle laisse sa fille crier et courir partout dans la maison car elle sait que c’est un moment de jeu et que le jeu est indispensable aux enfants. Alice demande et sa maman lui donne…même quand les règles de politesse ne sont pas respectées. Elle lui fait gentiment remarquer qu’il ne faut pas oublier de dire  » s’il te plaît » et « merci » à sa maman chérie. Quand Alice tarde à répondre à une demande de sa maman, celle – ci, sans jamais hausser le ton, lui réitère sa demande « Alice, veux – tu bien s’il te plaît mon amour, venir mettre ton pyjama? ». Alice joue, sa maman le sait, c’est important pour elle. Alors, elle répète sa question dix fois s’il le faut car après tout, ce n’est pas si grave, on a toute la soirée pour se mettre en pyjama. Et ce n’est pas grave si la préparation du repas prend du retard, on est pas à cinq minutes près. Elle attend patiemment que sa fille vienne mettre son pyjama tout en observant son salon : c’est comme si un tsunami était passé par là. Bientôt, elle demandera à Alice de ranger ses jouets. Elle lui demandera quinze fois, Alice lui répondra que « c’est trop difficile », qu’elle ne peut pas y arriver toute seule. Sa maman, qui a une patience d’ange, lui expliquera pourquoi il faut ranger, pourquoi c’est important…et après une bonne demi -heure de discussion, Alice rangera ses jouets…

La maman d’Alice n’est pas fatiguée, jamais. Et elle est si gentille…

 

 

This entry was posted in Humeurs.

6 comments

  1. Mesbousilles says:

    La maman d’Alice observe sans la moindre colère l’énorme tache de chocolat sur le canapé : « Quelle bonne idée tu as eue, ce canapé blanc était beaucoup trop triste ! » Alors dans un concert d’éclats de rire, maman et sa fille chérie se mettent à y étaler de la pâte à tartiner (la vraie hein, la bonne, celle qu’Alice préfère avec plein d’huile de palme)
    J’arrête là, je vais aller répéter à mon adorable bambin, de ma voix douce et suave, combien il est important de faire de bonnes siestes pour bien grandir et profiter au mieux d’une belle fin de journée en famille !

    • Lucie Les Rebelles says:

      ha ha ! Quelle maman formidable que la maman d’Alice. J’aimerai tellement être comme elle. Sur ce, j’en entends une autre qui chouine et qui vient de se réveiller de sa sieste (oui celle – ci a bien compris que la sieste était importante même si elle dit « non veut pas » à chaque fois ^^ Il est temps que j’aille faire des gouzi gouzi.

      • Mesbousilles says:

        Eh oui j’aimerais aussi être comme la maman d’Alice… mais je dois m’entraîner, pour le moment j’ai plutôt l’impression de ressembler à la belle-mère de Cendrillon Bonne fin de vacances et bons gouzis-gouzis !

  2. mirari says:

    la maman de paddington… pour ça il faut qu’alice soit comme paddington hein? j’ai essayée plein de fois de rester zen et pas crier mais c’est impossible!!!

Laisser un commentaire